Émile Akokponsoudé, l’un des passagers qui a survécu dans l’accident du bus Baobab Express le dimanche 29 janvier dernier à Dassa-Zoumè revient sur les circonstances du drame.

« On m’appelle Émile Akokponsoudé, je suis l’un des survivants de l’accident de Dassa. C’est vrai, j’étais à bord du bus, assis sur le siège 36. L’accident s’est passé à 15h35mn. On a quitté Parakou à 12h30mn et c’est arrivé à Dassa que le choc s’est produit. On a d’abord entendu un premier bruit puis encore un deuxième pensant que c’était une crevaison. Mais toutes les portes du bus étaient bloquées et une fumée toxique nous a tous envahi. Tout le monde a alors commencé par perdre l’équilibre. On voulait casser les vitres et ça n’a pas marché. Nous étions beaucoup sur la porte de derrière en train de pousser pour pouvoir sortir et grâce à Dieu, elle s’est ouverte et nous sommes sortis. On a même oublié un enfant dedans et nous sommes retournés pour aller le chercher. Je remercie vraiment toute la population de Dassa. Ils sont venus nombreux pour faire sortir ceux qui sont derrière et sauver beaucoup de vies. Ils ont amené beaucoup à l’hôpital. Moi je n’ai pas eu de blessure ni d’égratignure. Je tiens vraiment à les remercier pour leur effort de sauvetage. Notre véhicule a fait collision avec un camion devant c’est cela qui a déclenché une grande fumée qui était vraiment toxique. On ne pouvait plus respirer normalement, c’est en ce moment qu’on a commencé par forcer la porte de derrière puisque toutes les autres portes étaient bloquées. Quand on est descendu, tous les pneus étaient encore intacts. Le chauffeur quant à lui ne filait pas. Ce sont les situations de la vie. Je reviens encore vous préciser que j’ai été évacué par un monsieur qui m’a pris sur sa moto et a persisté pour me conduire dans un hôpital proche mais j’ai dit non parce que je ne suis pas blessé. J’ai donc cherché un petit taxi qui m’a déposé à Bohicon. Arrivé à Bohicon, j’ai pris un autre taxi qui m’a amené à Allada, ma destination. Avant de quitter Dassa, tous ceux qui sont blessés ont été évacués dans les hôpitaux. Je ne suis pas bon plus que quelqu’un mais Dieu m’a sauvé.
Que les âmes des disparus reposent en paix. Je vous remercie ».
Tel est le témoignage de Émile Akokponsoudé, l’un des passagers qui a survécu dans l’accident du bus Baobab Express le dimanche 29 janvier dernier à Dassa-Zoumè. C’est sur un audio diffusé dans les réseaux sociaux au lendemain du drame.
M. M.

Comments

comments

Related Post

Generated by Feedzy
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com