La revalorisation des salaires des travailleurs opérée par le gouvernement du président Talon nécessite certes un coût additionnel mais il ne sera pas procéder à une quelconque pression fiscale pour financer ce surcoût. C’est l’assurance donnée, mercredi 04 janvier 2022, par le secrétaire général adjoint du gouvernement et porte-parole du gouvernent, Wilfried Houngbédji dans un entretien télévisé.

Le salaire des travailleurs Béninois a connu une augmentation de 30%. Pour Wilfried Houngbédji, secrétaire général adjoint du gouvernement et porte-parole du gouvernent, « cette mesure représente 60 milliards et plus sur la masse » annuelle soit plus de « 5 milliards de francs supplémentaires que le gouvernement injecte dans les poches des travailleurs ».
Cet effort financier supplémentaire du gouvernement est de nature à dynamiser le marché national, relancer le pouvoir d’achat ; toutes choses qui ne font que du bien à l’économie nationale, selon le porte-parole du gouvernement.
« Il ne s’agit pas de rechercher par des voies d’imposition nouvelle de quoi financer ce surcoût de la masse salariale (…) à partir du moment où c’est fait, cela entra dans la rubrique des charges pérennes (…) le budget est en mesure de faire face à ces nouvelles charges », a rassuré le secrétaire général adjoint du gouvernement et porte-parole du gouvernent, Wilfried Houngbédji, mercredi 04 janvier 2022, dans un entretien télévisé.
M. M.

Comments

comments

Related Post

Le BR réagit au divorce de l’UBDN

Posted by - août 19, 2022 0
Le Bloc Républicain (BR) a donné des clarifications sur le retrait de l’Union Démocratique pour un Bénin Nouveau (UDBN). C’est…
Generated by Feedzy
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com