L’Initiative des Communicateurs pour la promotion de la bonne Gouvernance au Bénin (Icog-Bénin) a outillé les professionnels des médias de la radio, la télévision, la presse en ligne, la presse-écrite et de bloggeurs, mardi 20 décembre 2022 à la Maison de la Société Civile à Cotonou pour des élections législatives apaisées.
La vingtaine de journalistes retenus à Cotonou sur un total de 200 dossiers d’appel à candidatures reçus dans le cadre du renforcement de capacités pour des élections législatives de janvier 2023 apaisées a pris part à un atelier de formation. C’est la salle de conférence de la Maison de la Société Civile à Cotonou qui a servi de cadre, mardi 20 décembre 2022, à la ‘’Formation des journalistes sur le rôle des médias à la promotion de la paix au Bénin ».
La formation qui s’inscrit dans le cadre des actions de promotion de la paix par la communication non violente (Cnv) de l’Initiative des Communicateurs pour la promotion de la bonne Gouvernance au Bénin (Icog-Bénin) sera dupliquée dans toutes les régions du Bénin en commençant par Cotonou et ses environs. Le défi à relever est de mettre un certain nombre de connaissances au profit des jeunes (5 ans d’expérience au plus) pour leur permettre d’être aguerris, a fait savoir Bruno Houessou, Directeur Exécutif d’Icog-Bénin.
Pour le formateur principal, Fortuné Sossa, Secrétaire général de l’Observatoire de la déontologie et de l’éthique dans les médias (Odem), 7ème mandature, la période électorale est une période très délicate. Pour ce faire, il est indéniable pour tout journaliste professionnel d’être impartial et objectif dans l’exercice de son métier. « Ainsi, il est fait obligation au journaliste de : veiller au respect de la déontologie et de l’éthique ; Faire preuve d’un grand sens de professionnalisme et de responsabilité et Respecter les principes d’objectivité, d’honnêteté et de véracité dans les genres d’opinion », a indiqué le formateur. Il a présenté aux journalistes la communication intitulée ‘’Le traitement professionnel de l’information en période électorale » déclinée en quatre points (responsabilité socioprofessionnelle du journaliste, interdits en période électorale, gestion des rumeurs et scoop, recommandations et avertissements) et ponctuée de rappels des dispositions du Code de l’information, du Code de déontologie, du Code pénal, du code électoral, etc.
Le point 1 de la communication (la responsabilité socioprofessionnelle du journaliste) a suscité un débat entre les participants sur comment concilier les exigences des textes et les réalités du terrain. Le président de Icog Bénin, Bonaventure Kiti et le DE Bruno Houessou ont apporté leur éclairage sur la question. Le journaliste doit être intègre, œuvrer à bâtir sa renommée et sa personnalité, ont-ils recommandé aux participants.
Les participants ont fait enfin un exercice sur la communication non violente dont la première composante est l’observation, une composante en lien avec le reportage. L’exercice a été dirigé par le Directeur de Icog-Bénin, Bruno Houessou
Marc MENSAH

Comments

comments

Related Post

Generated by Feedzy
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com