Le ministre d’Etat en charge de l’Economie et des Finances, Romuald Wadagni a présenté, lundi 14 novembre 2022, aux députés de la 8è législature, le projet de loi de finances, gestion 2023 au Bénin.

Le budget général de l’Etat pour la gestion 2023 est équilibré en emplois et en ressources pour un montant total de 3033,3 milliards FCFA. Cela correspond à un accroissement de 19,4% par rapport à la loi de finances 2022 et une hausse de 2,3% par rapport à la loi de finances rectificative de 2022.
Le projet de loi de finances, gestion 2023 intervient dans un contexte de forte hausse des prix des matières premières ; de reprise des tensions d’approvisionnement dues à la guerre russe en Ukraine et aux effets post- Covid 19. A cela, s’ajoute la situation sécuritaire dans la sous-région. Un ensemble de facteurs qui a amené à revoir les prévisions macroéconomiques pour 2022.
Initialement prévu à 7%, le taux de croissance s’afficherait à 6,0%. Le déficit budgétaire ressortirait à 5,9% contre 4,5% dans le scénario initial.
Le gouvernement ambitionne de renforcer les acquis du PAG 2021 – 2026 et de relever les chaines de valeur pour une croissance inclusive et durable.
Pour la gestion 2023, la prévision de dépenses d’investissements s’élève à 959,750 milliards FCFA, en hausse de 5,4% par rapport à la loi de finances rectificative 2022, et de 18,1% par rapport à la loi des finances initiale de 2022, selon la présentation du projet de loi faite aux députés de la 8è législature, lundi 14 novembre 2022, par le ministre d’Etat en charge de l’Economie et des Finances, Romuald Wadagni.
Poursuite de plusieurs chantiers à impact social
Le gouvernement a décidé de poursuivre voire accélérer en 2023, plusieurs chantiers à fort impact social sur la période 2021-2026. Il s’agit, entre autres, du Programme National intégré des cantines scolaires (PNASI) dont le taux de couverture actuel est de 75% avec 1 million d’enfants impactés ; de l’atteinte des cibles des ODD relatives à l’eau pour tous à l’horizon 2023 ; de l’accélération de la mise en œuvre du projet ARCH ; l’extension de la mesure de gratuité des frais de contribution des filles du secondaire dans 20 communes pilotes ; la prise en charge par l’Etat des cotisations sociales des travailleurs domestiques ; la mise en place d’une nouvelle politique de subventionnement des frais de raccordement des ménages au réseau électrique.
Il est noté une tendance haussière des dépenses sociales à travers le budget général de l’Etat 2023. Un renforcement des dépenses à sensibilité sociale en cohérence avec la vision annoncée par le Président de la République pour le quinquennat 2021-2026.
Marc MENSAH

Comments

comments

Related Post

Generated by Feedzy
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com