Dans le cadre de son engagement à multiplier par trois son financement de l’adaptation aux changements climatiques d’ici à 2026, la Norvège a annoncé aujourd’hui verser une contribution de 100 millions de couronnes norvégiennes supplémentaires (environ 9,5 millions d’USD) au Fonds international de développement agricole (FIDA), un organisme des Nations Unies, au titre du financement de l’action climatique. Ces fonds iront aux petits exploitants les plus pauvres des pays en développement par l’intermédiaire du plus gros programme d’adaptation aux changements climatiques du FIDA. Les deux parties ont signé un accord aujourd’hui, à l’occasion de la COP27.

Alors que les effets des changements climatiques s’intensifient, prenant la forme par exemple d’inondations dévastatrices au Pakistan ou d’une sécheresse historique menaçant de famine la Corne de l’Afrique, l’impact sur les communautés rurales pauvres s’aggrave et les petits exploitants rencontrent de plus en plus de difficultés à s’adapter. Si nous n’aidons pas les personnes qui produisent un tiers de la nourriture dans le monde, la production alimentaire s’en retrouvera compromise, la faim et la pauvreté s’aggraveront, mettant ainsi en péril la stabilité politique.

Lors de la COP26, organisée l’an dernier à Glasgow, les pays développés comme la Norvège se sont engagés à doubler le financement en faveur de l’adaptation d’ici 2025, celui-ci devant atteindre les 40 milliards par an. De nouvelles estimations divulguées par un rapport des Nations Unies suggèrent toutefois que cet engagement ne suffira pas. Le coût de l’adaptation dans les pays en développement devrait atteindre 340 milliards d’USD par an d’ici 2030 et s’élever à 565 milliards d’USD d’ici à 2050, d’après le Rapport 2022 du Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE) sur l’écart entre les besoins et les perspectives en matière d’adaptation aux changements climatiques.

La nouvelle contribution de la Norvège, qui alimentera le Programme d’adaptation de l’agriculture paysanne (ASAP+) du FIDA, s’inscrit dans le cadre de la promesse générale du pays d’augmenter le financement de l’action climatique destiné aux communautés rurales. « La contribution de la Norvège à ce programme du FIDA aidera à améliorer la résilience climatique et la sécurité alimentaire d’environ 10 millions de petits producteurs des zones rurales pauvres dans les années à venir. Nous approuvons la priorité accordée par ASAP+ aux femmes et aux jeunes », a déclaré Anne Beathe Tvinnereim, la Ministre norvégienne du développement international, à l’occasion de la cérémonie de signature tenue aujourd’hui.

Depuis la création du FIDA en 1977, les 500 millions d’USD versés par la Norvège ont financé des programmes liés à l’agriculture, à l’égalité femmes-hommes, au handicap, à la nutrition, à la viabilité environnementale et aux changements climatiques.

« Encore une fois, la Norvège montre l’exemple avec cette nouvelle – et généreuse ! – contribution complémentaire », a déclaré Alvaro Lario, Président du FIDA. « Notre longue expérience nous a appris que les investissements dans l’adaptation aux changements climatiques permettent réellement de renforcer la résilience des petits producteurs alimentaires, obligés de s’adapter à des conditions environnementales changeantes. C’est ce dont nous avons besoin pour garantir un avenir décent à la prochaine génération », a-t-il ajouté.

Comments

comments

Related Post

Generated by Feedzy
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com