La Haute Cour de Justice a organisé le 02 novembre 2022 à Porto-Novo, un séminaire d’appropriation des textes régissant l’institution à l’endroit des journalistes.
Cette initiative de la présidente de l’institution vise à mettre à la disposition des journalistes béninois, les informations nécessaires à la compréhension de la mission de la Haute Cour de Justice et les réformes envisagées pour son efficacité.

Le séminaire organisé mercredi dernier au siège de la Haute Cour de Justice à l’endroit des journalistes a permis aux participants de s’imprégner des textes régissant l’institution, ses missions, son mode de fonctionnement et les réformes envisagées pour la rendre plus opérationnelle.
Plusieurs communications présentées par des experts du droit et des médias ont meublé l’atelier.
A l’ouverture des travaux, le Directeur de cabinet Prof Jérôme Alladayè, représentant la présidente de la Haute Cour de justice a mis l’accent sur l’importance de la presse pour accompagner l’institution dans ses missions.

Me Marc Zinzindohoué a presenté la Haute Cour de Justice comme une institution juridico-politique. Selon l’avocat, elle n’est pas une juridiction ordinaire ni d’exception. C’est une juridiction spéciale qui a compétence pour juger le président de la République et les membres du gouvernement et leurs complices en cas de complot contre la sûreté de l’Etat.
Les participants ont déploré que depuis sa création, il y a une vingtaine d’années, la HCJ n’ai pu faire aboutir un seul dossier.
Abordant la procédure suivie devant la Haute Cour de Justice, M. Comlan Christian Adjakas, Procureur général (Chambre d’instruction HCJ) a rappelé que jusqu’à ce jour, la HCJ n’a jamais exercé sa fonction juridictionnelle malgré les dossiers instruits.
Depuis 21 ans, six rapports de poursuite ont été adoptés par l’Assemblée nationale.
‹‹ Une réforme des textes fondamentaux de l’institution s’impose››, a conclu M. Adjakas.
M. Gilles Badet, a présenté ‹‹ Les enjeux d’une réforme de la Haute Cour de Justice››. Le Secrétaire général de la Cour Constitutionnelle a souligné l’importance du HCJ parmi les institutions de la République. Il a indiqué que même s’il est difficile de poursuivre le Chef de l’Etat compte tenu de l’institution qu’il incarne, ‹‹ il faut travailler pour que les ministres au moins soient poursuivis.››
M. Badet a souligné que dans le cadre de la réforme, qu’il faut instituer un deuxième degré de juridiction (chambre d’appel) à la Haute Cour de Justice.
Le Secrétaire général de la Cour Constitutionnelle a avoué que ce qui bloque l’opérationnalisation de la HCJ, c’est la cohabitation des politiques et des techniciens.
L’ancien journaliste de l’Ortb, Constant Agbidinoukoun a entretenu les participants sur le traitement de l’information sur la Haute Cour de Justice. Il a invité ses confrères à la spécialisation et au professionnalisme.
A la clôture de l’atelier, le Directeur de cabinet n’a pas caché sa satisfaction.
Au nom de la présidente de la HCJ Mme Cécile Marie José de Dravo Zinzindohoué, il a déclaré que  » ce que nous avons commencé aujourd’hui se poursuivra ».
M. Badet garde l’espoir que les médias vont accompagner les efforts de la présidente pour apporter sa contribution à la réussite des réformes annoncées par le président de la République.

Comments

comments

Related Post

L’ombre de Tévoèdjrè

Posted by - juin 9, 2022 0
Mini conférence de forces vives de la nation, mercredi au Palais de la Marina. En effet, l’audience accordée par le…
Generated by Feedzy
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com