De bouches à oreilles, par les réseaux sociaux, il est distillé dans l’opinion publique que l’eau qui coule des climatiseurs serait un remède efficace contre l’asthme. Une assertion totalement fausse selon les professionnels du froid et les médecins. A contrario, préviennent les spécialistes, l’eau des climatiseurs contient des déchets et expose à d’autres maladies.

‘’Je me rappelle comme si c’était hier. Je suis entré dans ce bureau de service public et je vois des agents qui consommaient cette eau à ma grande stupéfaction », raconte Yaovi Pascal. « J’ai été plus effrayé quand ils m’ont dit que cette eau était leur ‘’sauveur » parce que cela leur permettait de faire face aux difficultés de l’asthme. J’avoue que cela m’a paru bizarre mais je ne savais pas quoi dire. J’ai juste demandé le service qui m’avait amené et je suis reparti », ajoute-t-il. Tout comme ces agents, nombreux sont ceux qui ‘’croient » au miracle de l’eau des climatiseurs. Imelda Ewe, jeune fille souffrant de l’asthme y a cru aussi. ‘’Moi j’ai tellement bu cette eau mais je n’ai eu aucune satisfaction. C’est du pur mensonge cette affaire », précise-t-elle.
Aussi l’avis des spécialistes sur ce supposé remède relayé dans l’opinion publique révèle autres réalités. Lucien Kouassi Amoussou, Président de l’Association Nationale de Froid et de Climatisation du Bénin (ANFCB) explique comment cette eau s’obtient. « L’eau qui sort des climatiseurs c’est de l’eau de condensation. C’est l’eau que la surface froide de la batterie du climatiseur a récupéré de la vapeur d’eau car il y a de l’humidité dans l’air que nous respirons sous forme de vapeur. Lorsque cette vapeur vient sur la surface froide sous l’effet du ventilateur, l’humidité qu’il y a dans l’air est immédiatement condensée, c’est-à-dire qu’elle devient liquide. C’est ce qu’on draine vers l’extérieur par des tuyaux. »
Sur la qualité de cette, le spécialiste du froid est clair : « Cette eau est donc sale car cela nettoie la surface de la batterie chargé de la poussière et des gaz incondensables qui est dans l’air. Autrement dit, tout déchet polluant en suspension dans l’air y compris les carbones des gaz d’échappement se dépose dans cette eau. »
De même, poursuit le Président de l’Association Nationale de Froid et de Climatisation du Bénin (ANFCB), « la preuve est que quand on laisse un climatiseur à l’arrêt pendant longtemps, l’eau s’évapore et laisse dans le bocal la poussière sous forme de boue endurcie. »
Pour lui, s’imaginer qu’une telle eau peut avoir une vertu thérapeutique est incompréhensible. « Comment peut-on alors s’imaginer que boire une telle eau peut guérir une maladie ?, s’interroge-t-il.

Pas de preuves scientifiques
Cette affirmation n’a aucun fondement scientifique. C’est-à-dire qu’il n’y a eu aucune étude pour le prouver. « Je ne connais aucun patient asthmatique qui aurait utilisé cette eau et qui serait guéri. Mais une chose est sûre, l’asthme est une maladie chronique dont on ne guérit pas. » a répondu, Dr Gilberte Sossa, médecin généraliste interrogé à propos des supposées qualités pharmaceutiques de l’eau coulée des climatiseurs.

Quand on s’expose aux maladies
Autant qu’elle ne peut soigner l’asthme, les spécialistes s’accordent à dire que l’eau qui coule des climatiseurs ne peut rien guérir. Selon Lucien Kouassi Amoussou, « c’est une eau salle qui est seulement bonne à jeter. A la rigueur, cela peut servir d’arroser les fleurs. Ce n’est même pas conseillé d’en donner aux animaux, même pas pour laver quelque chose. » A ce sujet, déconseille le président de l’association des professionnels du froid au Bénin. « Il ne faut jamais laisser quelqu’un boire cette eau. Celui qui consomme cette eau s’expose à toutes les maladies. La diarrhée, la toux… », s’indigne-t-il. D’après l’homme du froid, « quand les climatiseurs ne sont pas entretenus, ils développent un germe appelé la légionnelle qui nait dans l’espace humide et froid des climatiseurs mal entretenus et qui donne la légionellose. C’est un mal qui n’a pas de médicaments. Et ça tue. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle il est conseillé d’entretenir périodiquement les climatiseurs qui sont régulièrement utilisés. C’est donc une maladie que celui qui consomme cette eau peut attraper ».
« Imaginez qu’un cafard ou un gecko est mort dans le climatiseur et tout ça a été décomposé dans cette eau…vous voyez le nombre de microbes que cette eau peut contenir ? Il faut formellement interdit la consommation de cette eau et informer les gens que c’est une eau très contaminée. », conclut-il.

C’est quoi l’asthme et comment peut-on le traiter ? Des recherches sur des sites qui traitent de question de santé (Qare et santé magazine par exemple) et des avis de médecins ont permis de mieux connaître la maladie et aussi de savoir comment s’y prendre pour vivre avec sans trop de crises.

L’asthme est une maladie inflammatoire chronique des bronches caractérisée par l’inflammation, le rétrécissement, la contraction des voies respiratoires et la production d’un excès de mucus, rendant la respiration difficile chez un sujet selon Dr Gilberte Sossa. Il se manifeste par :
● des crises d’essoufflement, une toux, une respiration sifflante
● une gêne respiratoire permanente.

L’asthme n’a pas une cause unique. « On a un ensemble de facteurs génétiques et environnementaux qui interviennent dans la genèse de l’asthme. Ainsi, différents facteurs peuvent déclencher les crises chez les asthmatiques. », précise Dr Gilberte Sossa. On peut lire sur le site santé magazine que l’asthme provient donc de l’association :
● d’une prédisposition génétique à l’allergie. Bien que l’on retrouve souvent une prédisposition familiale à la survenue d’un asthme, sa transmission des parents à leurs enfants n’est pas systématique
● de facteurs environnementaux favorisants, comme les pollens, les acariens, les squames et poils d’animaux, les blattes, les moisissures, etc.
● les infections et irritants respiratoires comme la fumée de tabac, pollution de l’air, l’air froid, l’exercice physique, certains médicaments anti inflammatoires sont autant de facteurs déclenchants de l’asthme.

Les symptômes peuvent être déclenchés ou aggravés par le rhume, la grippe, la pollution, la fumée de cigarette, les parfums, les solvants, l’air froid, ou la pratique d’un sport. Le symptôme de l’asthme le plus fréquent est la crise d’essoufflement aiguë. Mais l’asthme peut également se traduire par :
● une sensation d’oppression au niveau de la cage thoracique,
● une difficulté à respirer profondément, une respiration sifflante,
● un essoufflement à l’effort ou une toux qui ne passe pas.

La sévérité de l’asthme est très différente d’une personne à une autre. On définit quatre stades d’asthme, en fonction de la fréquence des symptômes et de la valeur des mesures du souffle.
● l’asthme est dit « intermittent » ou stade 1, quand le sujet a moins d’une crise d’asthme par semaine (crises brèves et absence de symptômes entre les crises).
● l’asthme est dit « persistant léger » ou stade 2, lorsque l’asthmatique a plusieurs crises d’asthme par semaine (mais pas plusieurs par jour) et si les crises peuvent perturber l’activité physique et le sommeil.
● l’asthme est dit « persistant modéré » ou stade 3, quand le patient a au moins un symptôme d’asthme par jour ou des réveils la nuit assez fréquente (au moins une fois par semaine), si l’usage des bronchodilatateurs d’action rapide (traitement de crise) est quotidien ou si les crises affectent la qualité de vie.
● l’asthme est dit « persistant sévère » ou stade 4 si les symptômes sont fréquents ou permanents, les crises fréquentes, l’activité physique limitée, les réveils nocturnes habituels affectant ainsi la qualité de vie.

On distingue deux types de traitements de l’asthme. Sur le site passeport santé il est décrit les traitements possibles du mal. Ainsi, les personnes asthmatiques doivent également constamment surveiller leur capacité respiratoire, pour s’assurer de l’efficacité des traitements, et éviter de s’exposer aux facteurs qui peuvent déclencher une crise. Parfois, des médicaments contre l’allergie sont également prescrits.
● Le traitement de fond de l’asthme, qui diminuent le risque de développer une crise, se prend régulièrement, tous les jours, même lorsqu’on se sent en pleine forme afin d’éviter les crises d’asthme. Ce type de traitement calme l’inflammation des bronches qui est constamment présente, même faiblement, chez les personnes asthmatiques.
● Le traitement de la crise d’asthme est celui qui doit être pris au début ou pendant une crise d’asthme. Il agit rapidement pour dilater les bronches et ouvrir un plus grand passage pour l’air.

L’asthmatique doit donc prendre beaucoup de précautions. Pour obtenir le contrôle de l’asthme, et donc éviter les crises,il est recommandé de :
● Suivre régulièrement son traitement de fond, même après obtention d’une amélioration. Car cela a pour objectif de contrôler la maladie et de réduire considérablement les symptômes et le nombre de crises d’asthme ;
● Consulter régulièrement son médecin traitant pour son asthme, même si celui-ci paraît contrôlé.
● Eviter l’exposition aux facteurs déclenchant ou aggravant l’asthme (tabagisme actif et passif, contact avec des animaux domestiques responsables d’une allergie, exposition à des irritants pouvant être d’origine professionnelle, etc.) ;
● Prendre, dès l’apparition de symptômes (et sans attendre la survenue d’une vraie crise d’asthme), un traitement de la crise, c’est-à-dire un bronchodilatateur d’action rapide.
Verdict
L’eau qui coule de climatiseurs ne guérit pas l’asthme car l’asthme est une maladie qui ne se guérit pas et persiste toute la vie même si des phases de rémission peuvent durer plusieurs années faisant parfois oublier la maladie. Cela ne signifie pas que la maladie a disparu, mais le sujet a réussi à contrôler son mal et peut rester sans avoir des crises pendant plusieurs années.

Cokou Romain COKOU

Comments

comments

Related Post

Generated by Feedzy
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com