Quatre (04) ans après la mise en œuvre du Programme d’alimentation scolaire du Bénin, le Programme Alimentaire Mondial (PAM) a organisé, du 18 au 19 janvier 2022, à l’hôtel Golden Tulip à Cotonou, un atelier d’échanges avec les parties prenantes au Programme national d’alimentation scolaire intégré (Pnasi) sur l’identification des besoins en renforcement de capacités nationales. Cette rencontre de haut niveau a réuni tous les partenaires impliqués dans la mise en œuvre du programme que sont les agences du Système des Nations Unies, les acteurs étatiques, les acteurs du secteur privé, les ONGs, les communautés à la base et les Ptfs du secteur de l’éducation. Elle a pour but d’investir dans les capacités locales et nationales pour inscrire le programme dans la durée et garantir la qualité de ses résultats.

Pour améliorer les performances du Programme national d’alimentation scolaire intégré (Pnasi) en vue de sa durabilité à travers le transfert de compétences au gouvernement, le Programme Alimentaire Mondial (PAM) a réuni à Cotonou l’ensemble de ses partenaires. Pendant deux jours, les cadres du Système des Nations Unies (Snu), du secteur étatique, du secteur privé, représentants d’ONGs, des communautés à la base et des Ptfs du secteur de l’éducation vont analyser la situation actuelle du programme en cours, dégager les gaps et proposer une cartographie des besoins en renforcement de capacités à tous les niveaux pour affiner le programme en développement.
Mise en œuvre depuis 2017 au Bénin pour lutter contre la faim en milieu scolaire, « l’alimentation scolaire intégrée contribue à l’amélioration de l’accès et du maintien de tous les enfants filles et garçons à l’école, à l’amélioration de la performance scolaire et à assurer une alimentation saine et nutritive », a rappelé le Ministre des enseignements maternel et primaire, M. Salimane Karimou, dans son discours d’ouverture des travaux ce mardi 18 Janvier 2022.
« Elle permet également d’introduire plusieurs domaines d’activités comme l’éducation nutritionnelle, l’hygiène, le développement d’initiatives communautaires, d’activités génératrices de revenus et l’amélioration de l’économie locale en boostant l’agriculture », a-t-il ajouté.
Au regard de ces progrès encourageants, il urge de consolider les acquis pour rendre durable le programme « Ces efforts doivent être accélérés pour consolider les acquis a souligné, le Représentant résident du PAM au Bénin, M. Guy Adoua, après avoir insisté sur l’importance des cantines scolaires pour la communauté.
C’est fort de cela que le Président Patrice Talon et son gouvernement, soucieux du bien-être des écoliers béninois et de la population en général, ont reconduit dans le PAG 2, le Pnasi pour la période de 2021-2026 avec l’engagement ferme de passer de 51% de couverture des besoins des écoles primaires publiques à 75% à partir de 2022.

Le transfert de compétences : une nécessité pour un programme durable

« Le Plan Stratégique par Pays (PSP) du PAM au Bénin 2019-2023 définit clairement le programme national d’alimentation scolaire comme une priorité stratégique clé et s’engage à renforcer les capacités institutionnelles pour permettre à terme un transfert de compétences au Gouvernement », a déclaré le Coordonnateur résident du Snu au Bénin M. Salvator Niyonzima. Appréciant le fort engagement des autorités béninoises à faire de l’alimentation scolaire un levier pour l’atteinte des Objectifs de Développement Durable, particulièrement l’ODD 2 relatif à la Faim Zéro, Salvator Niyonzima a rassuré le gouvernement de l’entière disponibilité du Système des Nations Unies à soutenir les efforts d’amélioration pour rendre l’alimentation scolaire durable. Mieux, le PAM travaille avec le Centre d’Excellence Régional contre la Faim et la Malnutrition (CERFAM) pour soutenir le Gouvernement dans l’élaboration d’une loi nationale sur l’alimentation scolaire.
Quant au financement du programme, les Agences du Systèmes des Nations Unies et les partenaires bilatéraux comme les Pays-Bas, l’Allemagne, la Coopération Suisse, le Japon et la Chine y participent également.
La Cheffe de l’unité de gestion des opérations du Cerfam, Mme Christiani Buani, et la Conseillère régionale, responsable de l’unité Alimentation scolaire au Bureau régional du PAM à Dakar, Mme Karen Ologoudou, ont, après avoir salué l’expérience du Bénin, réaffirmé la disponibilité de chacune de leur organisation à soutenir le programme d’alimentation scolaire en cours au Bénin pour sa durabilité.
Les travaux de l’atelier prennent fin ce jour pour de nouvelles orientations.

Juliette MITONHOUN

Comments

comments

Related Post

Generated by Feedzy
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com