Dans un contexte de tensions accrues entre le Mali et la France, les autorités de transition maliennes ont demandé une révision des accords bilatéraux de défense de 2013 entre Paris et Bamako. FRANCE 24 examine certains des détails de l’accord et l’impact probable du dernier développement sur le terrain.

Giflée par des sanctions sévères qui ont effectivement fermé les frontières du Mali et confrontée aux condamnations occidentales concernant la présence de mercenaires russes du Groupe Wagner, la junte militaire malienne s’en prend désormais aux accords de défense bilatéraux de 2013 entre Paris et Bamako.

Dans une interview accordée à FRANCE 24 dimanche, le ministre malien des Affaires étrangères Abdoulaye Diop a déclaré que Bamako avait officiellement demandé à la France une révision du pacte de défense bilatéral. Cette demande, assortie de propositions d’amendements, a été formulée fin décembre, a ajouté M. Diop.

La France n’a pas encore réagi officiellement à la demande, bien que des sources diplomatiques françaises aient déclaré aux journalistes que Paris « l’examinait ».

L’annonce publique de la demande de révision par le ministre de la défense malien signifie que les enjeux augmentent et que « la situation est beaucoup plus dure, et de plus en plus compliquée avec la France », a expliqué Wassim Nasr, expert en contre-terrorisme de FRANCE 24.

Les relations entre la France et le Mali se sont dégradées depuis que la CEDEAO (Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest) a annoncé, le 9 janvier, des sanctions sévères à l’encontre du Mali en raison du retard pris par la junte dans le calendrier électoral. La junte, qui a pris le pouvoir en août 2020, fait l’objet de pressions régionales pour que le pays retrouve un régime civil.

Les sanctions, qui sont soutenues par la France et l’UE, ont effectivement fermé les frontières terrestres et aériennes du pays enclavé, l’ONU et Air France ayant annoncé une suspension temporaire des vols vers le Mali.

>&gt ; Lire la suite : Au Mali, « la France paie le prix de sa propre ambiguïté ».

FRANCE 24 examine les détails des accords bilatéraux de défense et les raisons pour lesquelles ils sont devenus une nouvelle source de conflit entre la France et le Mali.

Un accord d’urgence pour une intervention militaire

Les accords de défense entre la France et le Mali ont été signés en mars 2013 suite au lancement de l’opération militaire française au Mali le 11 janvier 2013. Il y a près de dix ans, lorsque le nord du Mali est tombé aux mains de groupes rebelles et djihadistes locaux, les autorités maliennes ont officiellement demandé une intervention militaire française alors que les insurgés progressaient vers la capitale, Bamako.

La France a accédé à cette demande en déployant environ 4 000 soldats dans le cadre de l’opération Serval.

Un an plus tard, la mission militaire a été étendue aux opérations anti-insurrectionnelles au Mali et dans la région du Sahel, dans le cadre de l’opération Barkhane.

Avant l’accord de défense de mars 2013, le partenariat de sécurité entre la France et le Mali était défini par un accord de coopération technique, signé en 1985, qui prévoyait d’éventuels déploiements de soldats français sur des missions de formation ou dans le cadre d’opérations supervisées par le commandement de l’armée malienne.

Le pacte bilatéral de sécurité de 2013 a donné aux forces françaises un statut juridique pour faciliter leur intervention sur le sol malien.

Permettre une « paix et une sécurité durables

L’accord de 2013, qui a été signé dans la précipitation alors que les insurgés avançaient sur la capitale malienne, a été ratifié le 16 juillet 2014 à Bamako lors d’une visite du ministre français de la Défense de l’époque, Jean-Yves Le Drian, au Mali.

Calqué sur des accords similaires entre le Mali et plusieurs de ses partenaires africains (Cameroun, Togo, République centrafricaine, Gabon et Sénégal), cet accord vise à établir une coopération sécuritaire renforcée sur le long terme.

Il prévoit une contribution à  » une paix et une sécurité durables[…]notamment par la sécurisation des zones frontalières et la lutte contre le terrorisme « . L’accord permet également l’accès au territoire malien, « y compris ses eaux territoriales et son espace aérien », avec le consentement préalable de l’État.

Le traité est valable pour une période de cinq ans, après laquelle il est automatiquement renouvelé. Il précise toutefois que « les Parties [sic] peuvent, à tout moment et d’un commun accord, modifier le présent traité par écrit ».

L’accord a été revu en 2014, lorsque l’opération Serval a laissé place à l’opération Barkhane. Il a de nouveau été revu en 2020, avec le lancement de la Takuba Task Force, composée principalement d’unités de forces spéciales de plusieurs nations de l’UE.

Sur le terrain, mission inchangée

Dans une interview accordée à la télévision d’État malienne samedi dernier, le premier ministre intérimaire du Mali, Choguel Kokalla Maïga, a ouvertement critiqué l’accord militaire, le qualifiant de « déséquilibré » et notant que le Mali « ne peut même pas survoler son territoire sans l’autorisation de la France ».

Le 12 janvier, le Mali a dénoncé ce qu’il a appelé une « violation manifeste » de son espace aérien par un avion militaire français qui a volé de la Côte d’Ivoire au Mali.

L’armée française maintient cependant que les accords sur la régulation du trafic aérien existent pour éviter les collisions en plein vol entre avions militaires. La ministre française de la défense, Florence Parly, a déclaré aux journalistes la semaine dernière que les restrictions prévues par les nouvelles sanctions ne couvrent pas les vols militaires.

Les sources militaires françaises maintiennent que sur le terrain, rien n’a changé, a noté M. Nasr. La surveillance et les vols militaires en appui à l’armée malienne se sont poursuivis. Il s’agit notamment de quatre opérations conjointes entre les armées française et malienne et la Takuba Task Force au cours des derniers jours, menées principalement dans la région instable de Menaka, près de la frontière du Niger, a ajouté M. Nasr.

Mais les relations diplomatiques entre le Mali et son ancienne puissance coloniale se sont détériorées depuis que le colonel Assimi Goïta a évincé le président malien, feu Ibrahim Boubacar Keïta, lors du coup d’État d’août 2020.

Au cours des derniers mois, la junte malienne a accusé à plusieurs reprises Paris d’ingérence dans les affaires du pays. Les sentiments nationalistes dans le pays ont augmenté avec l’isolement régional et international croissant de la junte. La semaine dernière, des dizaines de milliers de Maliens ont répondu à l’appel de la junte à manifester contre les sanctions de la CEDEAO.

Entre-temps, la mission de maintien de la paix des Nations unies au Mali, MINUSMA, a suspendu tous les vols dans le pays, à l’exception des vols d’évacuation médicale d’urgence, dans l’attente de négociations avec les autorités maliennes.

Les négociations et les appels à la révision des accords interviennent alors que la situation sécuritaire au Mali se détériore, les mercenaires russes engageant leur premier combat contre les groupes djihadistes dans la région de Ménaka, selon Nasr.

« S’il y a plus de complications sur le plan militaire, sur le terrain, cela profitera bien sûr aux factions djihadistes présentes là-bas », a déclaré Nasr.

Cet article a été traduit de l’original en français.

Comments

comments

Related Post

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com