Accueil 24h au Benin Sévérin Adjovi veut faire appel de la décision rendue par la CRIET

Sévérin Adjovi veut faire appel de la décision rendue par la CRIET

22
0
PARTAGER

Condamné à 7 ans de prison ferme par la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (CRIET), l'ancien maire de la ville de Ouidah Sévérin Adjovi compte faire appel de la décision rendue par les juges.

L'ancien maire de Ouidah a été reconnu coupable des faits de fraudes fiscales, de blanchiment de capitaux et d'escroquerie dans un dossier opposant les sociétés Etisalat et Télécel Bénin ainsi que l'Etat béninois. Condamné à 7 ans de prison ferme et des millions d'amendes, Sévérin Adjovi compte faire appel de la décision rendue par la CRIET.

« Je vais faire appel parce qu'on me condamne à 7 ans de prison. D'abord, le procureur spécial requiert 5 ans de prison ferme et le juge porte ça à 7 ans. Deuxièmement, on m'a condamné à plus de 2 milliards de FCFA et puis je vois que dans la réalité finalement ils ont diminué à 600 millions ou 700 millions je ne sais pas exactement. Les choses varient tellement je ne sais selon quel critère mais toujours est-il que aujourd'hui je suis livré à moi-même », a déclaré l'ancien maire dans un entretien accordé à un média.
Selon lui les condamnations sont disproportionnées par rapport à la réalité. « Même l'histoire de la fraude fiscale il y a prescription. S'il y avait fraude fiscale, il y a prescription au moins le droit doit être dit. Il faut dire le droit sinon il y a des instances supérieures. Mais je ne vais pas aller aux instances supérieures ; je pense qu'ils vont corriger les choses quand on fera appel », a précisé l'ancien maire de Ouidah.
J'ai essayé poursuit-il de vivre ma vie politique de façon exemplaire. « On ne peut pas dire que Sévérin Adjovi a posé tel acte politique pour nuire au développement de notre pays. Je n'ai pas escroqué, je n'ai rien fait. Je n'ai même pas pris de l'argent de l'Etat dans ma poche. Tout ce que j'ai réalisé dans ma vie, je les ai réalisés avant d'entrer en politique en 90 », a clarifié Sévérin Adjovi.
Dans le jugement rendu par la Cour, Sévérin Adjovi est condamné à payer aux sociétés Etisalat et Télécel Bénin, toutes deux parties civiles, à titre de dommages-intérêts respectivement la somme de 500 millions FCFA et 200 millions FCFA.
L'ex maire de Ouidah doit aussi payer à l'Etat béninois représenté par la Direction générale des Impôts (Dgi), la somme de 675 912 566 FCFA pour toutes causes de préjudices confondus.
La Cour a également décerné contre le maire un mandat d'arrêt.

A.A.A