Accueil 24h au Benin Bénin Digital Round 2020 : Optimiser les activités du citoyen grâce au...

Bénin Digital Round 2020 : Optimiser les activités du citoyen grâce au Digital

33
0
PARTAGER

Eric TCHIAKPE, Directeur de KIKA Digital qui organise le Bénin Digital Round 2020, nous parle de l'événement.

Question : Qu'est-ce que le Bénin Digital Round ?
E.T : C'est une sorte de marché, un salon au cours duquel les acteurs importants de l'économie numérique au Bénin vont à la rencontre du public. C'est une occasion annuelle au cours de laquelle, on peut rencontrer régulateur, concepteur, fournisseurs de service et public, et où sont débattus les enjeux de la digitalisation au Bénin. Un espace où on recherche les meilleurs moyens de rendre efficace son activité grâce aux nouvelles technologies.
Vous avez dit salon ? Chaque semaine, il y en a un qui parle de Numérique et de Digital. En quoi votre événement sera différent de tout qui s'est fait jusqu'ici ?

Déjà, je ne pense pas que ce soit une mauvaise chose qu'on en parle chaque semaine. Je pense même qu'on devrait en parler tous les jours, compte tenu de l'importance de ce secteur, de notre position et des enjeux. Ce qu'il faut peut-être que je rappelle, le numérique est un secteur transversal à tous les autres secteurs, je veux dire de toutes activités humaines allant de la santé à l'agriculture en passant par l'administration, il n'existe pas de domaine où le numérique et la digitalisation ne soient concernés. C'est d'ailleurs pour cela que l'on parle aujourd'hui de transformation numérique, nous sommes à l'ère du numérique. Pour vous répondre, le Bénin Digital Round ne ressemble en rien à ce qui s'est fait jusqu'ici. Nous avons une approche différente. Nous voulons intégrer dans le processus de transformation en cours ceux qui sont principalement concernés, c'est-à-dire vous et moi. Le citoyen lambda.

Comment vous pouvez y arriver ?

Par l'approche. Ce qu'il faut savoir, c'est que le DIGITAL et le NUMERIQUE, font déjà partie de notre quotidien. Tout ce que nous faisons est numérisé ou susceptible de l'être selon l'étape d'intégration de nos usages, donc selon notre degré d'évolution technologique. Des secteurs entiers de notre vie de tous les jours ont déjà migré ou vont migrer dans l'économie virtuelle. L'ère du tout analogique est derrière nous et en voie de disparition. Cette réalité est si prégnante que de mon point de vue, les questions liées au domaine ne devraient pas être l'unique attribut des spécialistes et du régulateur. Cela devrait aussi être, et peut être principalement, l'affaire de tous.
Les fois où j'ai assisté à des rencontres sur le Numérique, je n'y ai vu que des spécialistes, des connaisseurs et dans des endroits si sélects que je me suis posé la question de savoir quand viendra le moment de vrais échanges sur ces questions et solutions qui nous concernent tous ?

À vous entendre les questions liées au digital sont débattus uniquement par les spécialistes. N'est-ce pas normal ?

C'est vrai qu'il faut que les spécialistes se rencontrent, établissent le cadre d'évolution juridique et administratif du secteur, c'est vrai et il est normal que les fournisseurs d'accès internet, les concepteurs de solutions et les régulateurs se rencontrent, abordent les grandes problématiques du domaine, ou les thématiques qui leur paraissent stratégiques. C'est normal tout ça. Seulement, nous ne pouvons et ne devons pas concentrer tous nos efforts à ce niveau-là, parce qu'en réalité, quand on a fini de tout régler en hauteur, les vrais usagers sont les citoyens ordinaires, c'est eux qui dynamisent l'écosystème. Et comment peut-on concevoir une architecture idéale sans que ceux qui doivent en bénéficier ne soient conviés à son élaboration. Le digital et le numérique, ce n'est pas l'abstrait, même si c'est virtuel, c'est un ensemble de solutions et d'outils dont l'objectif est d'optimiser nos usages habituels et nouveaux. Dans l'entendement de certains, c'est peut-être de nouvelles applications et solutions qui révolutionnent nos usages, mais ce n'est pas tout. C'est aussi la mise à jour et l'optimisation de ce qui existe. C'est surtout une migration de nos activités traditionnelles vers des supports technologiques différents de ce qui les a toujours caractérisés. Des lors, l'avis des usagers, leurs préférences comptent également.

Le Bénin Digital Round vise à créer une osmose entre les différents groupes cibles de l'écosystème numérique et digital, valoriser leur interdépendance aider à accroitre le taux de pénétration de l'internet.
Pour cette première édition, on veut déjà exposer ce qui se fait dans le DIGITAL au Bénin, montrer les différents agents de l'économie numérique et inviter le public à s'y intéresser.
Faire comprendre à ceux qui ne le savent pas encore, qu'ils y sont de plain-pied. Mettre en évidence les avantages qu'ils peuvent tirer des avancées et technologies à leurs dispositions.

Comment va se dérouler le salon ?

E.T : Nous avons prévu qu'il se tienne en 3 jours. On devrait avoir sur place, la fine fleur des prestataires, des entreprises bien avancées dans le processus de digitalisation, on y verrait également les développeurs confirmés et en devenir, certaines structures de l'Etat incontournables dans l'écosystème numérique au Bénin, des fournisseurs d'accès internet. Les avancés en matière de digitalisation au Bénin et de service que ce soit en matière de santé, d'agriculture, de finances et banques, de logistique…
Naturellement, il y aura des échanges sur les questions de l'heure en matière du numérique.
Cette année, la thématique principale est : Optimiser les activités du citoyen grâce au Digital.
Au-delà des débats autour de ce thème principal, on pourra voir et envisager les possibilités qui s'offrent aux citoyens qui aspire à être efficace dans tous les domaines de son quotidien.
La date et le lieu ?

Ce sera du 11 au 13 Février 2020, à Cotonou. Le lieu sera confirmé sur les affiches et autres supports de communication prévus à cet effet.

Avez-vous un dernier mot ?
Pour le public, la campagne sera lancée d'ici quelques jours sur les médias, réseaux sociaux compris. En attendant, je les invite à se déplacer nombreux, car c'est peut-être un salon, mais c'est le public qui est le challenge. S'ils ont des problèmes de compréhension, de modélisation de leurs activités, ils pourront sur place consulter des spécialistes et avoir des réponses. Quant aux professionnels qui souhaiteraient avoir de la visibilité il y encore quelques places disponibles : Les personnes intéressées peuvent nous joindre au 60 27 37 37 ou envoyer un mail au dg@kikagroupe.com ou au wxenafa@gmail.com. Compte tenu du nombre limité de places, seuls les premiers seront servis.
Je vous remercie de m'avoir offert l'opportunité de parler de cet événement.

Propos recueillis par Paul Tonon