Accueil ACotonou Audience à l’Assemblée nationale : Des Ong plaident pour une loi d’orientation...

Audience à l’Assemblée nationale : Des Ong plaident pour une loi d’orientation agricole au Bénin

10
0
PARTAGER
Audience à l’Assemblée nationale : Des Ong plaident pour une loi d’orientation agricole au Bénin

Le Réseau national des Ong actives dans l’agriculture durable au Bénin (Renova) œuvre pour l’avènement d’une loi d’orientation agricole et de sécurité alimentaire et nutritionnelle au Bénin. Une délégation de ce réseau a été reçue à cet effet en audience au Parlement, ce mardi 13 août.

« Le Réseau national des Ong actives dans l’agriculture durable (Renova) a demandé au Parlement à être reçu en audience pour présenter au président et au bureau de l’Assemblée nationale l’organisation qu’il représente dans le secteur de l’agriculture ». C’est en substance, à en croire le président du Renova, Patrice Sèwadé, l’objet de la visite, ce mardi 13 août, d’une délégation de son réseau au palais des Gouverneurs à Porto-Novo. La délégation a été reçue par la première vice-présidente de l’Assemblée nationale, Mariam Talata Yérima qui était entourée du directeur de cabinet du président de l’Assemblée nationale, Mathieu Ahouansou et du secrétaire général administratif du Parlement, Thomas Dassi.
Selon Patrice Sèwadé, les échanges ont surtout porté sur l’évolution des réformes dans le secteur de l’agriculture. « Nous avons présenté quelques points de plaidoyer au Parlement, notamment les préoccupations des acteurs agricoles qui portent sur la loi d’orientation agricole et de sécurité alimentaire et nutritionnelle », souligne-t-il. Le président du Renova plaide pour que le gouvernement et le Parlement puissent conjuguer leurs efforts pour doter le Bénin de cette loi dont l’importance, selon lui, n’est plus à démontrer. A l’en croire, cette loi va permettre notamment au secteur de l’agriculture d’avoir une boussole efficace. «Pendant longtemps, chaque gouvernant arrive et élabore les documents de stratégie agricole qui lui permettent de fonctionner. Et d’autres gouvernants viennent et répètent ou font autre chose carrément. Nous voulons qu’il y ait désormais une stabilité à travers des documents constitutionnels », insiste Patrice Sèwadé.
La délégation a saisi l’occasion, informe-t-il, pour plaider pour l’adoption d’une loi sur les interprofessions afin de mettre fin à l’anarchie qui règne dans le secteur avec la création tous azimuts d’associations interprofessionnelles, notamment dans le coton, l’anacarde, l’aviculture et autres. Tout ceci se fait, observe Patrice Sèwadé, sans un encadrement juridique solide et soutenu qui sécurise le vivre ensemble de ces familles d’acteurs. Le Renova rêve du vote de cette loi sur les interprofessions pour insuffler une nouvelle dynamique à ces regroupements d’acteurs qui devront fonctionner dorénavant  sur des bases légales, claires et lisibles. « Nous avons soumis à l’occasion un document qui résume toutes nos propositions ; lequel document est issu de tous les échanges que nous avons eus avec les acteurs du secteur», indique le président Patrice Sèwadé. Il se dit, d’ores et déjà, satisfait de l’écoute attentive dont a bénéficié sa délégation de la part de la première vice-présidente de l’Assemblée nationale et sa suite. Ces derniers ont promis, selon lui, de poursuivre le plaidoyer et d’être le porte-parole du Rénova auprès des députés et autres pour l’atteinte des objectifs. «Nous pensons que ce plaidoyer recevra un écho favorable auprès des autres députés pour que ces lois passent vite parce qu’il s’agit de l’agriculture, de la nourriture des populations qui les ont élus», poursuit Patrice Sèwadé qui souhaite aussi que le financement du secteur de l’agriculture dans le budget de l’Etat puisse atteindre et dépasser le taux de 12% recommandé au niveau des textes internationaux auxquels est partie le Bénin.