Accueil 24h au Benin Les partis politiques entre tentation et hésitation

Les partis politiques entre tentation et hésitation

26
0
PARTAGER

Conformément à sa volonté à juguler la crise postélectorale qui secoue le Bénin depuis les dernières législatives, le président de la République, Son Excellence Patrice Talon, dans son message à la Nation le 20 mai dernier, a annoncé un dialogue avec la classe politique. Pour joindre l'acte à la parole, il a convié tous les partis politiques à la table de discussion le lundi 15 juillet prochain. Une décision qui a suscité quelques réactions auprès de certains responsables politiques.
Selon Nourénou Atchadé, le bureau politique des Forces cauris pour un Bénin émergent (Fcbe) doit se retrouver pour décider de la conduite à tenir. A l'heure actuelle, il affirme ne pouvoir dire exactement ce qui va se passer.
Il précise qu'il y aura une concertation entre les membres du bureau politique des FCBE, pour analyser l'invitation et prendre les décisions qui s'imposent. « Certainement nous devons nous retrouver au sein de l'opposition puisque les partis ont reçu les invitations individuellement. Nous devons nous retrouver au sein de l'opposition pour avoir une position commune », a-t-il indiqué.
Le communiqué de la présidence qui a listé les partis qui seront autour de la table, souligne-t-il, laisse dubitatif quant à la sincérité de la rencontre. Selon lui, il y a au moins 05 des partis qui n'étaient pas concernés, et qui du jour au lendemain sont sortis on ne sait d'où. M. Atchadé souhaite qu'on soit sincère dans ce qu'on veut faire pour qu'il y ait apaisement dans le pays parce nul n'a intérêt que le pays vire dans la tension.
Pour Claudine Prudencio, présidente de l'Union pour le développement d'un Bénin nouveau (Udbn), c'est un dialogue souhaité depuis. Elle n'a pas hésité à saisir la main tendue du chef de l'Etat au terme de son message à la Nation du 20 mai dernier. « Nous œuvrons pour la paix dans le pays. En tant que mère de famille, je ne souhaite que la paix dans le pays », a-t-elle précisé, convaincue de sa participation à cette table ronde. « Moi, je n'aime pas faire la politique de la chaise vide, je serai à cette concertation. C'est une bonne démarche du président pour ce qu'il a fait et il faut qu'on l'assiste dans cela », a martelé la présidente de l'Udbn.
Selon le député Abraham Zinzindohoué de l'Union progressiste, c'est une bonne chose qui va dans le sens de ce que le chef de l'Etat avait dit dans son message à la Nation. Cette rencontre vient à point nommé et on ne peut que saluer, accompagner et encourager cela, a-t-il ajouté. Selon le député, c'est le moment indiqué pour que les uns et les autres fassent un effort de rapprochement, et de compréhension.
F. A. A.