Accueil ACotonou Bénin-Maroc: L’aube nouvelle d’une coopération gagnant-gagnant

Bénin-Maroc: L’aube nouvelle d’une coopération gagnant-gagnant

44
0
PARTAGER
Bénin-Maroc: L’aube nouvelle d’une coopération gagnant-gagnant

La coopération entre le royaume du Maroc et le Bénin s’est réhydratée à la faveur de la sixième grande commission mixte de coopération. Laquelle accentue les liens entre les deux pays, ouvrant ainsi une aube nouvelle dans les relations bilatérales.

Justice, énergie, affaires islamiques, protection civile, jeunesse et sports, octroi de bourses, formation professionnelle, sécurité routière et transports internationaux routiers… Les champs de la collaboration entre le Bénin et le Maroc se sont élargis à la faveur de la sixième grande commission mixte de coopération. La dernière visite dans ce pays du ministre des Affaires étrangères et de la Coopération, Aurélien Agbénonci, à la tête d’une délégation à l’invitation du ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale du royaume du Maroc, Nasser Bourita, a été un cadre du renforcement et de la consolidation des liens d’amitié, de fraternité et de coopération entre les deux Etats. La délégation béninoise composée de cadres des ministères sectoriels impliqués dans la signature des accords : Agriculture, Défense, Commerce… a, en amont, fait le point des avancées réalisées dans différents domaines de coopération avec les Marocains. Occasion pour les deux parties d’apprécier le chemin parcouru depuis les travaux de la dernière commission mixte et de poser les bases de nouveaux rapports entre le royaume chérifien et le Bénin. Ouvrant ainsi la voie aux travaux de la sixième commission qui consacre le nouveau départ des rapports entre les deux pays. Nouveau départ voulu par le roi du Maroc, sa majesté Mohammed VI et le président Patrice Talon.
Pour le ministre Aurélien
Agbénonci, cette rencontre n’est rien d’autre que la manifestation concrète de la vision des deux chefs d’Etat et de leur volonté commune de construire une coopération fructueuse, principalement fondée sur la valorisation et le partage de nos potentialités. « C’est l’occasion de saluer la vision claire de sa majesté le roi Mohammed VI d’inscrire la coopération Sud-Sud comme une priorité absolue du développement du continent. Cette vision est la même prônée par le président Patrice Talon dans le Programme d’action de notre gouvernement », souligne-t-il.
Pour sa part, le ministre Nasser Bourita explique : « Notre volonté est de porter nos relations économiques à un niveau plus important à travers une meilleure connaissance et un plus grand engagement ». Aussi, les ministres ont-ils clairement exprimé la disposition des deux pays « à œuvrer pour une Afrique stable, développée et prospère». Ils ont également souligné que l'intégration régionale est un des facteurs déterminants pour le développement du commerce et de l’investissement. « À cet égard, ils ont salué la communauté de vision des deux chefs d’Etat pour la coopération Sud-Sud, comme un levier d’intégration et de développement en Afrique et ont appelé au renforcement de la coopération entre le Maroc et les pays d’Afrique de l’Ouest ».

Nouveau tournant, nouvelles perspectives !

Le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération, Aurélien Agbénonci, est formel. La tenue de la sixième grande commission mixte « marquera un nouveau tournant dans les relations, avec la définition d’un cadre plus concret de partenariat, l’ouverture de nouvelles perspectives porteuses d’espérance heureuse dans les domaines économique, de la promotion des investissements et des échanges, de l’agriculture, dans le secteur touristique et dans le domaine religieux ». La mise en œuvre effective des différents accords signés en est l’illustration, rassure-t-il. Mieux, la convergence d’intérêts entre les deux pays est déjà perçue par les institutions à divers niveaux, les opérateurs économiques et les populations qui, selon lui, ont compris et épousé cette dynamique. « Je reste persuadé que cette grande commission mixte… donnera une nouvelle impulsion à notre coopération bilatérale, certain qu’elle ouvrira la voie à des réalisations tangibles au profit de nos deux peuples », poursuit le patron de la diplomatie béninoise.
Ensemble avec son homologue, les deux ministres se sont « félicités de l’excellence des relations bilatérales empreintes de fraternité et de solidarité ». Ils ont également réaffirmé la ferme volonté des deux pays de diversifier et de consolider la coopération dans plusieurs domaines. Ils ont ainsi retenu un certain nombre d’actions à réaliser en commun, dans le cadre de la concrétisation des objectifs fixés et ont convenu ainsi de la nécessité d’impliquer davantage les opérateurs économiques privés dans cet effort de consolidation des relations bilatérales, en vue de conférer un caractère stratégique à leur coopération multisectorielle. 48e client et 126e fournisseur du Maroc, le royaume chérifien rêve également de son côté, de porter ses relations économiques avec le Bénin à un niveau plus important à travers une meilleure connaissance et un plus grand engagement.