Accueil 24h au Benin Deux accords de prêt pour 17 milliards FCFA

Deux accords de prêt pour 17 milliards FCFA

26
0
PARTAGER

Réunis en plénière en fin de semaine écoulée, les députés ont autorisé le gouvernement du président Patrice Talon, à ratifier deux accords de prêt d'un montant total de 17,022 milliards F CFA pour la réhabilitation de la section Béroubouay-Malanville du corridor Cotonou-Niamey et de la compétitivité économique du Bénin.
D'un montant de 3,822 milliards F CFA, le premier concerne l'accord de prêt signé à Cotonou le 12 novembre 2018 entre la République du Bénin et le Fonds africain de développement (FAD), dans le cadre de la mise en œuvre du projet d'appui à la compétitivité économique du Bénin.

Le second dossier est relatif au projet de loi portant autorisation de ratification de l'accord de prêt, d'un montant de 13,2 milliards F CFA, signé à Bali en Indonésie, le 11 octobre 2018, entre la République du Bénin et le Fonds de l'Opep pour le développement international (OFID), dans le cadre du financement partiel du Projet de réhabilitation de la section Béroubouay-Malanville du corridor Cotonou-Niamey longue de 169,4 km. Il vise à promouvoir l'intégration régionale et d'accroître les échanges commerciaux entre le Bénin et les pays voisins (Niger, Burkina Faso, Togo et Nigeria) à travers l'amélioration des conditions de transport sur le corridor Cotonou-Malanville-Niamey.
Selon la commission des Finances et des Echanges, présidée par le député Raphaël
Akotègnon qui a présenté le dossier, cet accord de prêt de façon spécifique permettra la réhabilitation du tronçon fleuve Goubafari- Malanville long de 20,8 km du lot 2 de la section Béroubouay-Malanville du corridor Cotonou-Niamey en vue de faciliter la fluidité du trafic aux usagers de la route.
A travers la réalisation de ce projet, le tronçon Béroubouay-Malanville jouera pleinement son rôle de désenclavement du Nord du Bénin et favorisera, entre autres, la sécurité routière et le confort des usagers ; la réduction du coût d'exploitation des véhicules et du temps de parcours. Il permettra aussi l'optimisation des échanges commerciaux ; le renforcement et la modernisation du réseau routier ; l'amélioration de la compétitivité du corridor béninois au niveau sous-régional ; l'amélioration des conditions de vie des populations et le renforcement de l'intégration régionale.

F. Aubin AHEHEHINNOU