Accueil 24h au Benin 83 milliards FCFA pour le projet ARCH

83 milliards FCFA pour le projet ARCH

55
0
PARTAGER

Le Bénin vient une fois de plus de décrocher un financement complémentaire pour la mise en œuvre du projet d'envergure sociale Assurance pour le Renforcement du Capital Humain (ARCH).
Les nouvelles en cette année sont très bonnes pour le pays. Les populations peuvent donc se réjouir. Les grands défis sociaux en instance trouvent déjà des issues.
Le République du Bénin a conclu un accord de financement d'un montant total de 127 millions d'euros (83 milliards FCFA) avec une banque internationale de premier plan.
Il s'agit d'un emprunt qui bénéficie d'une garantie partielle de la Banque Mondiale. Ces fonds seront entièrement consacrés au financement du projet ARCH.
Ce projet qui tient tant à cœur au chef de l'État semble se concrétiser de plus en plus avec les apports divers des partenaires. Cette banque commerciale qui entre dans le jeu, rejoint ainsi les nombreux partenaires internationaux du gouvernement ayant déjà apporté leur contribution au projet ARCH.
A cet effet, la Banque Mondiale, présente via sa garantie dans cette nouvelle opération, accorde aussi sa participation financière directe. Il y a aussi dans ce lot de partenaires la Banque Islamique de Développement, l'Agence Française de Développement et bien d'autres.
Selon le Ministre de l'Economie et des Finances, « C'est un moment décisif pour une politique clé du gouvernement, et la promesse de grandes avancées sociales dès 2019. Cet accord permet de financer une partie importante du projet ARCH, sur tous les piliers : assurance maladie, formation, micro-crédit, retraite ».
« Nous démontrons encore que le Bénin est capable d'attirer des investisseurs étrangers de premier plan, également sur des projets sociaux prioritaires », a indiqué Romuald Wadagni.
Le prêt de 127 millions d'euros est partiellement garanti par la Banque Mondiale, à hauteur de 40% du principal. Ce qui selon le ministre, porte une marge d'intérêt inférieure à 3,5% pour une maturité de 12 ans.
C'est la deuxième fois que le Bénin a recours à une garantie partielle de la Banque Mondiale et ce, après l'opération de reprofilage de la dette menée en 2018.
Ainsi, le Bénin démontre sa capacité à trouver les termes les plus favorables en s'appuyant sur les instruments innovants proposés par les institutions financières internationales. Les nombreuses réformes engagées par le chef de l'État et son gouvernement sont ainsi gages d'assurance auprès des partenaires qui montrent leur disponibilité à accompagner le pays dans les grands chantiers salvateurs. Confiant des atouts dont dispose le Bénin, Romuald Wadagni confirme l'intérêt croissant des investisseurs étrangers pour le Bénin.

G.A.