Accueil ACotonou Journée nationale de lutte contre la corruption: Sous le signe d’une jeunesse...

Journée nationale de lutte contre la corruption: Sous le signe d’une jeunesse engagée

33
0
PARTAGER
Journée nationale de lutte contre la corruption: Sous le signe d'une jeunesse engagée

Le Bénin a célébré ce lundi 10 décembre la treizième édition de la Journée nationale de lutte contre la corruption. Organisée sous la coordination de l'Autorité nationale de lutte contre la corruption (Anlc), la présente édition a été axée sur la jeunesse. Représentant le chef de l'État, le ministre en charge de la Jeunesse Oswald Homéky a ouvert les manifestations en présence de son homologue de la Justice et de la Législation.

"Une jeunesse engagée dans la lutte contre la corruption", c'est le thème retenu pour la célébration de la treizième édition de la Journée nationale de lutte contre la corruption. L'objectif général de cette édition est d'engager durablement les jeunes dans cette lutte pour amorcer, à terme, un recul du fléau au Bénin. A l'occasion de l'ouverture officielle de la commémoration, le président de l'Anlc Jean-Baptiste Elias précise qu'il sera question à travers l'édition de cette année d'attirer l'attention des jeunes sur la nécessité de s'engager dans la lutte durable contre la corruption ; de mettre en exergue certaines initiatives de jeunes en matière de lutte contre la corruption au Bénin; de partager avec les jeunes les stratégies efficaces de lutte mises en œuvre par des jeunes dans certains pays d'Afrique ; d'améliorer la collaboration entre l'Anlc et les organisations de jeunes actives dans la promotion de la bonne gouvernance et la lutte contre la corruption ; de mobiliser les différents acteurs autour de la nécessité de travailler en synergie avec les jeunes pour le recul de la corruption au Bénin. « Somme toute, il s'agit pour nous aujourd'hui d'asseoir une collaboration avec les organisations de la jeunesse afin que partout sur le territoire national, dans les institutions de l'État, dans le secteur public comme dans les entreprises, les jeunes et leurs organisations soient plus actifs que jamais… C'est cette couche, largement majoritaire (69?), qui subit les pires effets de la corruption notamment par l'accès limité aux opportunités politiques, économiques, sociales et aux services publics... », justifie le président de l'Anlc. Il a salué les représentants du Front des organisations nationales contre la corruption et l’ensemble des participants. C'est pour lui la preuve de l'attachement indéfectible de tous au combat pour l'intégrité, la reddition de comptes, la responsabilité et la bonne gestion des affaires et biens publics.
Représentant la jeunesse, le président de l'Organe consultatif de la Jeunesse (Ocj) Thomas Singbo a réitéré l'engagement de la jeunesse à relever le défi. La lutte contre la corruption est bien, selon lui, la lutte de la jeunesse. Le ministre en charge de la Jeunesse Oswald Homéky est tout aussi confiant. Pour lui, l'engagement des jeunes dans la lutte contre la corruption est un devoir. « Je connais la jeunesse béninoise. Je connais ses ambitions et je connais sa force d'action. Je peux vous dire que la jeunesse relèvera ce défi et nous gagnerons le combat de la lutte contre la corruption », a-t-il laissé entendre.
Célébrée normalement le 8 décembre la commémoration de cette année a eu lieu hier conformément au décret l'instituant qui stipule que la Journée est célébrée le premier jour ouvrable suivant immédiatement le 8 décembre lorsque cette date tombe sur un jour férié.