Accueil ACotonou Maladies tropicales négligées: Un pas pour diminuer le fardeau de la souffrance

Maladies tropicales négligées: Un pas pour diminuer le fardeau de la souffrance

108
0
PARTAGER
Les Mtn sont particulièrement invalidantes..

Les organisations de la société civile à travers l’espace francophone, le 5 septembre dernier, ont adressé une lettre ouverte aux chefs d’État et de gouvernement des États membres de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) pour l'adoption d'une résolution sur les maladies tropicales négligées (MTN). Chose faite, au terme du XVIIe Sommet de l’OIF.

«Promouvoir et renforcer la lutte contre les maladies tropicales négligées dans l’espace francophone; intégrer davantage la lutte contre les maladies tropicales négligées dans le cadre de plans nationaux de couverture de santé universelle, notamment à travers la mobilisation des ressources financières, les investissements dans les infrastructures et les ressources humaines ; promouvoir les partenariats, au sein de l’espace francophone, entre les pays endémiques, les pays donateurs, les pôles de recherches académiques, la société civile et le secteur privé ainsi que tous les acteurs intéressés. Ce sont, entre autres, les résolutions prises par les dirigeants en vue du contrôle et de l’élimination des maladies tropicales négligées, lors du XVIIe Sommet de la Francophonie. Cette disposition n’est pas sans rappeler le thème dudit Sommet, à savoir : « Vivre ensemble dans la solidarité, le partage des valeurs humanistes et le respect de la diversité : source de paix et de prospérité pour l’espace francophone ».

Quid ?

Les maladies tropicales négligées comprennent des maladies telles que la trypanosomiase humaine africaine (maladie du sommeil), la lèpre, les helminthiases (vers intestinaux), la leishmaniose viscérale, le trachome, la filariose lymphatique et la schistosomiase (bilharziose)…Ces maladies sont d’autant nocives qu’elles touchent les communautés les plus pauvres, les plus marginalisées et les plus éloignées du monde. Elles représentent à la fois une cause et une conséquence de la pauvreté car elles prospèrent dans les milieux où l'accès à l'eau potable, à l'assainissement et aux services de santé est limité. Et de ce fait, leur impact sur les individus et les communautés peut être dévastateur. Beaucoup d'entre elles provoquent de graves défigurations et des handicaps et ont une incidence sur l'espérance de vie, l'éducation ainsi que les perspectives économiques des personnes touchées et des communautés dans lesquelles elles vivent.

Risque étendu

Parmi les 1,5 milliard de personnes autour du monde qui sont à risque d’au moins une de ces maladies, un grand nombre se trouve dans des pays francophones en Afrique, en Asie, en Europe du Sud et dans les Caraïbes. Des 26 pays de l’OIF en Afrique subsaharienne, où le fardeau des MTN est particulièrement lourd, plus que 200 millions de personnes, ou à peu près deux sur trois individus, sont à risque d’en contracter une.
Aussi, en réponse à la sollicitation des ONG les y exhortant, les chefs d’Etat et de gouvernement ont-ils pris des engagements, au terme du XVIIe Sommet de l’OIF le 12 octobre dernier. Ils visent à inciter les États membres à promouvoir et renforcer la lutte contre les MTN dans la communauté francophone, en prenant des mesures pour contrôler et éliminer les MTN en accord avec les recommandations de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) et les bonnes pratiques internationales.
Ces engagements font des MTN désormais une priorité clé pour l’OIF, et s’inscrivent dans la même perspective que l’Objectif de développement durable 3.3, ciblant l’élimination des MTN avant 2030. C’est incontestablement un marqueur du progrès mondial vers la couverture universelle des soins de santé, surtout en ce qui concerne l’accès équitable aux services de santé, en assurant que personne n’est laissé pour compte. Ces pays peuvent compter sur des financements structurants de la Belgique et de la France qui ont priorisé l’élimination des MTN au sein de leurs politiques de santé étrangères. De même que de l’appui de laboratoires tels que Drugs for Neglected Diseases initiative (DNDi) ou l’Institut Pasteur, des instituts de recherche basés dans des pays francophones et chefs de file dans le développement des nouveaux médicaments, vaccins et dépistages pour les MTN. La coopération au sein de l’espace francophone permettrait d’offrir les soins curatifs et préventifs disponibles à tous les patients et les personnes à risque, et de mener les activités de recherche indispensables à ce secteur défavorisé de la santé mondiale, » a mentionné le Dr Yao Sodahlon, directeur du Programme de Dons de Mectizan.

Aller plus loin

En dépit du progrès scientifique et technologique au cours des cinq dernières années, il est avéré que des investissements soutenus en innovation et en technologie, davantage d’engagements de la part des gouvernements et des compagnies pharmaceutiques et une volonté politique forte et soutenue, sont nécessaires, afin d’assurer que toutes les communautés sont libérées de ces maladies. Il est heureux que le XVIIe sommet ait jugé opportun de prioriser l’objectif d’élimination des MTN dans les pays francophones, dans le prolongement de la résolution « Investir dans le secteur de la santé pour soutenir la croissance partagée dans l’espace francophone» adoptée à la XVIe Conférence des chefs d’État et de gouvernement des pays ayant le français en partage à Antananarivo (Madagascar), les 26 et 27 novembre 2016.
L’engagement pour plus d’actions est indispensable, car les maladies tropicales négligées entrainent des souffrances telles que le trachome cécitant, principale cause de cécité infectieuse dans le monde, ou encore la maladie du sommeil, une infection parasitaire potentiellement mortelle qui peut atteindre le système nerveux central, provoquant des troubles psychiatriques chez ses victimes. Malgré qu’elles soient moins connues que la malaria ou l’Ebola, ces maladies entraînent la défiguration et l’incapacité, enfermant ainsi 1,5 milliard de personnes dans le monde dans un cercle vicieux de pauvreté. Les MTN empêchent, par ailleurs, les parents de travailler et les enfants d'aller à l'école. Aussi, Thoko Pooley, directrice de Uniting to Combat NTDs, un groupe d'organisations engagées dans la réalisation de l'objectif de l'OMS pour 2020, visant à contrôler et à éliminer dix maladies tropicales négligées, pense-t-elle que «L’adoption de cette résolution représente un grand pas pour les dirigeants francophones et les met devant une grande responsabilité d’éliminer définitivement les MTN ». L’élimination passe par la recherche sur les MTN, tant à l'échelle nationale qu'à l'échelle de la Francophonie. Elle ne peut prospérer que si les MTN font partie des stratégies de santé nationales prioritaires et que des efforts pour les combattre sont financés de façon appropriée à travers un budget dédié. Les pays doivent donc faire avancer la couverture de santé universelle à travers le renforcement des systèmes de santé afin de donner des services de santé de qualité et en priorisant l’accès des populations à risque. Mais encore faut-il rendre partout disponibles l’eau potable et les services d’assainissement et d’hygiène, qui sont essentiels pour la prévention et la gestion des MTN.

  • Benin
  • Informations
  • maladies tropicales
  • États membres de l’Organisation internationale de la Francophonie