Accueil ACotonou Coups mortels, 32e dossier: Boubé Dohia s’en sort avec 5 ans de...

Coups mortels, 32e dossier: Boubé Dohia s’en sort avec 5 ans de réclusion criminelle

51
0
PARTAGER

Le trente-deuxième dossier inscrit au rôle de la première session de la cour d’assises de la cour d’appel de Parakou au titre de l’année 2018, connu du dossier de coups mortel qui a conduit le bouvier Boubé Dohia à la barre, samedi 16 juin dernier. Poursuivi pour le crime de coups mortels, il a été condamné à 5 ans de réclusion criminelle.

En détention depuis le 24 décembre 2014, après avoir été inculpé pour une infraction de coups mortels sur Kadri Namata, Boubé Dohia va devoir patienter encore dix-huit mois, avant de recouvrer sa liberté. Bouvier né vers 1995, il s’est vu, en application des dispositions de l’article 309 du Code pénal, infliger 5 ans de réclusion criminelle, samedi 16 juin dernier, par la cour d’assises de la cour d’appel de Parakou qu’a présidée Célestin Zanouvi assisté de Noël Houngbo et de Pascal Agboton.
A l’enquête préliminaire comme devant le magistrat instructeur, Boubé Dohia a reconnu les faits. Sur interpellations-réponses du président de la cour, Célestin Zanouvi, et de l’avocat général, Géry Akueson, il a expliqué les circonstances dans lesquelles l’irréparable est survenu. Il a nuancé légèrement, en soutenant que le bœuf querellé était sa propriété.
Par rapport aux faits de la cause, l’avocat général Géry Akueson a relevé les éléments constitutifs de l’infraction de coups mortels. Il a déploré l’absence du certificat médical et de l’acte de décès de la victime au dossier. Deux pièces essentielles qui, selon lui, devraient permettre une bonne appréciation des faits et éviter que le doute installe son lit dans le dossier. Il a alors requis l’acquittement au bénéfice du doute pour l’accusé. Au cas où la cour ne serait pas convaincue du doute, le représentant du ministère public demande qu’elle le retienne dans les liens de l’accusation de coups mortels, puis de le condamner à 5 ans de réclusion criminelle.
Des réquisitions à charge et à décharge qui ont plu à Me Gervais Houndété, avocat de la défense. S’intéressant à l’âge de son client, il estimera que ce dernier ne pouvait pas avoir 18 ans au moment des faits. Il a déploré l’absence de l’acte de naissance de l’accusé dans le dossier. Me Gervais Houndété demande à la cour de ne pas entrer en condamnation, en l’absence de cette importante pièce. Au principal, il a plaidé l’acquittement au bénéfice du doute pour son client. Et au subsidiaire, une condamnation au temps déjà passé en détention afin d’assurer sa récupération par la société?
Les faits

Les faits pour lesquels Boubé Dohia s’est retrouvé devant la cour se sont produits dans la nuit du 16 décembre 2014, dans un campement peul du village de Sakawa-tédji, arrondissement de
Tombouctou, commune de Malanville. Avec son ami Kadri Namata, ils ont décidé d’aller faire paître leurs troupeaux de bœufs. Sur le chemin du retour, ils ont aperçu un bœuf en divagation. Commencera alors une confrontation des idées pour connaître le lieu de provenance de l’animal et éventuellement, l’accaparer. N’ayant pas pu s’accorder, au cours de la bagarre qui s’engage entre eux, Boubé Dohia, plus habile que son protagoniste, réussira à lui asséner des coups de machette à la nuque et à la cuisse droite des suites desquels il va s’écrouler, avant de rendre l’âme peu de temps après. Pris de peur, Boubé Dohia ira se réfugier chez ses parents d’où il fut interpellé.