Accueil ACotonou Accord-cadre Etat-communes pour l’accès à l’eau potable: Les conseillers frondeurs de Lokossa...

Accord-cadre Etat-communes pour l’accès à l’eau potable: Les conseillers frondeurs de Lokossa rejettent

48
0
PARTAGER
Accord-cadre Etat-communes pour l’accès à l’eau potable: Les conseillers frondeurs de Lokossa rejettent

Fidèles à leur logique de bloquer les travaux de toutes les sessions communales, comme c’est le cas depuis juin 2017, les conseillers frondeurs de la mairie de Lokossa ont rejeté pour la énième fois, lundi 9 avril dernier, un important projet de développement. Il était question de délibérer sur l’autorisation pour le maire de signer l’accord-cadre Etat-communes pour la mise en œuvre du programme national d’accès universel à l’eau potable en milieu rural à l’horizon 2021.

Seul point inscrit à l’ordre du jour de la quatrième session de l’année convoquée, ce lundi, 10 conseillers sur 19 ont simplement voté contre. Les frondeurs n’ont pas jugé utile de justifier leur position au sortir de cette session.
A la précédente session extraordinaire devant statuer sur le même point, ils n’avaient même pas laissé le temps au maire Pierre Awadji de lancer les travaux avant de jeter bancs et tables par terre dans la salle de délibération de l’hôtel de ville. Raison avancée, ils disaient exiger le paiement de leurs primes de session pour le compte de l’année 2017. Pour eux, ce fut une question préjudicielle à laquelle le maire devrait accéder favorablement avant l’ouverture de ladite session.
A la suite du nouveau rejet intervenu lundi dernier, malgré la sommation de la préfecture, le maire dit vouloir prendre sur lui la responsabilité de signer la convention d’accord-cadre Etat-communes. « Même si cela va me coûter des poursuites à la Cour suprême, moi je vais signer cette convention pour donner de l’eau potable aux populations », s’engage-t-il. Pour l’autorité communale, la position des frondeurs relève purement de la politique politicienne. Puisque, retient-il, personne ne devrait s’opposer à la volonté de l’Etat central de donner de l’eau potable à la population. « Cette compétence étant conférée à la commune, on dit à travers la convention de déléguer cela à l’Agence nationale d’approvisionnement en eau potable en milieu rural afin que celle-ci exécute les travaux », explique-t-il. Il est inutile de faire de la fixation sur un quelconque intérêt que sa personne viserait à travers cette signature, ajoute le maire. « Ce n’est pas moi, le maire Pierre Awadji qui exécute les travaux », a-t-il souligné. En somme, malgré l’opposition des conseillers frondeurs, constituant le bloc majoritaire au conseil communal de Lokossa, le maire va tenter un coup de force pour que la commune ne soit laissée en rade par rapport au programme national d’accès universel à l’eau potable en milieu rural à l’horizon 2021.

 

  • Benin
  • Informations
  • Etatcommunes
  • eau potable
  • conseillers frondeurs de Lokossa