Accueil 24h au Benin L’Oms et le ministère de la santé engagés la lutte contre les...

L’Oms et le ministère de la santé engagés la lutte contre les situations d’urgence au Bénin

140
0
PARTAGER

Des cadres et techniciens des ministères de la santé, de l'Intérieur, et de la sécurité publique et du Bureau de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) au Bénin sont en formation du 6 au 8 décembre 2017, sur « l'évaluation du risque et l'élaboration des résumés épidémiologiques dans le cadre de la gestion basée sur les risques ». Une initiative du ministère de la santé soutenue par l'Oms. Les travaux se déroulent à l'hôtel Bel Azur à Grang-Popo.

Depuis l'épidémie majeure de la maladie à virus Ébola en Afrique de l'Ouest, l'Oms, de concert avec les partenaires techniques et financiers et les Etats membres, s'est engagée dans le renforcement de la sécurité sanitaire internationale.
Ceci, en réponse aux exigences du Règlement international RSI (2005) effectuées dans les pays et l'élaboration des plans nationaux d'action pour la sécurité sanitaire. Ainsi, les différentes missions d'évaluation effectuées dans ce cadre méritent d'être complétées par un mécanisme d'intelligence épidémique fonctionnel pour faciliter la détection précoce et la notification des événements. C'est ce qui explique l'organisation de la présente formation d'une trentaine de cadres et techniciens. Une initiative du ministère de la santé appuyée par l'Oms et qui vise à contribuer au renforcement des capacités centrales du règlement sanitaire international en République du Bénin dans le cadre du projet HHS.

Nécessité d'agir…

Pendant trois jours, les participants venus de tous les départements du Bénin, verront entre autres, leurs capacités renforcer sur l'évaluation des risques et sur le développement des résumés épidémiologiques. Conscient de l'importance de la formation sur cette thématique, Dr Jean-Pierre BAPTISTE, Représentant résident de l'Oms a invité les cadres à participer aux travaux avec assiduité et engagement pour contribuer à traduire, les expériences et les enseignement reçus au cours de l'atelier en des résultats concrets de mesure et d'évaluation des risques et des dangers liés aux urgences sanitaires. Il a, aussi à l'occasion, assuré le soutien indéfectible de l'Oms au gouvernement du Bénin, dans le processus de préparation, de prévention et de prise en charge du risque liés aux catastrophes et aux urgences sanitaires.
Le Chef-service de l'épidémiologie et de la surveillance sanitaire au ministère de la santé, Dr Clément Kakai Glèlè, a rappelé dans son discours d'ouverture de l'atelier, les conséquences de l'interconnexion des peuples. « L'interconnexion entre les peuples de notre planète offre les avantages certes, mais expose par la même occasion aux risques de propagations des maladies et d'autres événements de santé publique », a-t-il déclaré. Déterminé à réduire les dégâts de ces situations parfois catastrophiques, le spécialiste exhorte également les participants à une bonne assiduité afin d'atteindre à l'issue des travaux les résultats attendus.

Actions de l'Oms pour détecter à temps les événements…

Le Bureau régional de l'Oms pour l'Afrique à travers la section « détection, vérification et évaluation du risque » du programme de gestion de l'information sanitaire a renforcé depuis 2014, les interventions pour le suivi quotidien des rumeurs, la détection précoce des événements ainsi que l'alerte rapide par l'utilisation de la plate forme EMS et autres produits d'information dont les résumés épidémiologiques.
La section coordonne avec le siège et les bureaux pays de l'Oms, l'évaluation des risques des événements afin d'en apprécier le niveau de risque et guider la décision opérationnelle. La section coordonne aussi le partage des informations aux points focaux RSI, conformément aux exigences du RSI 2005.
Juliette Mitonhoun