Accueil ACotonou Gestion du foncier à Parakou/ La mairie n’entend plus subir les caprices...

Gestion du foncier à Parakou/ La mairie n’entend plus subir les caprices des géomètres

190
0
PARTAGER
le maire Charles Toko

Un grand flou entoure le dossier relatif à la gestion du foncier à Parakou. Décidé à y voir clair, le maire Charles Toko a promis mener une lutte implacable contre les géomètres indélicats.

 

Pour élucider la question de la gestion foncière  qu’un flou inextricable entoure à Parakou, le maire Charles Toko menace de donner un coup de pied dans la fourmilière. Il a réaffirmé son engagement, jeudi 15 juin dernier, devant les membres de son Conseil municipal. « J’en ai assez de nous voir, nous autorités locales, être narguées allègrement par des prestataires à qui, nous avons délibérément confié des missions », a-t-il annoncé, avant de pointer du doigt les géomètres. Lesquels, selon lui, sont devenus des ‘’intouchables’’ ou des ‘’seigneurs’’ en matière de gestion du foncier à Parakou.

En effet, après que l’autorité municipale qu’il constitue, ait été autorisée à procéder à la titrisation des dettes dues par la mairie aux géomètres, puis à prendre possession du contrôle des affaires domaniales, ces derniers se sont mis à hésiter. Ils ne sont plus pressés de rentrer en possession de ce qui leur est dû et de remettre les documents qu’ils détiennent par devers eux à la mairie. Ce comportement, estime Charles Toko, serait guidé par le faux qui a caractérisé leurs travaux. Il compte ne pas en rester là. « Je serai sans pitié sur ce dossier », a-t-il averti.  « Au regard de l’importance de la maîtrise du foncier dans le développement économique d’une ville, je ne saurais longtemps accepter de subir les caprices de nos amis géomètres », a poursuivi le maire de Parakou. Il entend utiliser tous les moyens légaux pour réhabiliter sa ville dans ses droits. « Cette situation qui plombe l’aile  du développement de notre cité, ne saurait encore perdurer. Il faut situer les responsabilités pour libérer enfin Parakou », a-t-il fait remarquer.