Accueil ACotonou Bepc, session de juin 2017: Bohicon et Abomey : Démarrage des épreuves sous...

Bepc, session de juin 2017: Bohicon et Abomey : Démarrage des épreuves sous une pluie battante

340
0
PARTAGER
Bepc, session de juin 2017: Bohicon et Abomey : Démarrage des épreuves sous une pluie battante

A Bohicon comme à Abomey, les candidats planchent face aux premières épreuves pour l’examen du Brevet d’études du premier cycle (Bepc) 2017. C’est sous une pluie battante que les épreuves ont débuté. Conséquence, certains candidats étaient bien trempés et grelottants.

La pluie qui a commencé au petit matin de ce lundi 12 juin n’a pas fait de cadeau aux candidats au Bepc des villes de Bohicon et d’Abomey.
A 6 h 50, sur la voie qui mène au centre d’examen du Ceg 1 d’Abomey et au lycée Houffon, quelques candidats accélèrent les pas pour ne pas être en retard au démarrage des premières épreuves. D’autres ayant eu plus de chance se font déposer soit par les taxis-motos, soit par des parents.
D’Abomey à Bohicon, tous les centres d’examen sont arrosés par la forte pluie. Le ciel n’a pas eu pitié des candidats. Il faut du courage pour traverser l’eau afin de retrouver sa salle de composition.
Du lycée Houffon au Ceg 1 d’Abomey, les premiers candidats parvenus au centre sont déjà en salle en attendant la distribution des premières épreuves.
Il est 8 h au Ceg 1 de Bohicon. La sirène donne le top des épreuves. Les surveillants et autres responsables du centre courent dans tous les sens, d’une salle à une autre, dans des va-et-vient. Il s’agit de tout mettre en oeuvre pour un bon déroulement des épreuves. 
A 8 h, la plupart des candidats sont déjà en salle. En tout cas, presque tous les candidats étaient déjà dans les centres d’examen. Sauf quelque quatre candidats retardataires qui s’emmènent à pas de sénateur, dix minutes après le début des épreuves. Ils sont accueillis par les responsables allés à leur rencontre. Ces retardataires ne sont nullement inquiets. Ils semblent très sûrs d’eux-mêmes. Ce qui, sans doute, a emmené les responsables du centre à comprendre : « Bonjour, vous êtes surveillants ou candidats ? » A cette question, les deux jeunes (une fille et un garçon) répondent : « Nous sommes candidats ». Puis, ils sont rapidement conduits au secrétariat pour leur identification. Chose curieuse, aucun des deux ne connaît ni son numéro de table, ni sa série. Ils confondent tout. « Mais d’où vous sortez-vous ? », s’énerve un responsable du centre et les deux retardataires de répondre : « De Sodohomè ». Et c’est après avoir pris leurs cartes scolaires que les responsables ont pu repérer leurs noms sur une liste pour finir par les orienter vers leur salle de composition.
C’est ainsi qu’ils auront la chance de rejoindre les autres candidats qui réfléchissaient sur l’épreuve de Communication écrite depuis environ vingt minutes.

Assurance

Non loin de là, dans une autre salle, une candidate visiblement stressée par l’épreuve demande à aller faire un besoin pressant. Elle est conduite par l’un des surveillants jusqu’à l’entrée des toilettes du centre. Elle sera suivie dix minutes plus tard par un autre candidat qui exprime aussi les mêmes besoins.   
Les responsables du centre du Ceg 1 de Bohicon en étaient à gérer ces petits détails quand la délégation du préfet du Zou, Firmin A. Kouton y fait son entrée. L’autorité préfectorale s’enquiert de la situation dans le centre qui compte 1287 candidats répartis dans 36 salles. Le superviseur Zacharie Donhouédé rassure la délégation sur le déroulement des premières heures. Puis, la délégation est conduite au secrétariat. Ici, les consignes de sécurité seront rappelées aux examinateurs. Mêmes gestes dans les salles d’examen devant les candidats. Ils sont apaisés par l’autorité préfectorale qui leur fait comprendre que c’est un examen et non un concours où le nombre d’admis est limité par le besoin. Et d’ajouter que « le Bepc est un examen et tous les candidats peuvent y être admis. Les épreuves n’ont rien de sorcier. C’est juste des questions sur le programme enseigné en classe. Il suffit de se concentrer et de bien répondre »   
Il est à noter qu’après les épreuves de Communication écrite et de lecture dans la matinée, c’est à l’épreuve d’histoire-géographie que les candidats ont été soumis dans l’après-midi. Ce mardi matin, ils auront à plancher en anglais.

  • Bepc 2017
  • Benin