Accueil ACotonou Quête de compétitivité sur le marché régional : Le Brmn aguerrit les...

Quête de compétitivité sur le marché régional : Le Brmn aguerrit les pisciculteurs béninois

185
0
PARTAGER
Quête de compétitivité sur le marché régional : Le Brmn aguerrit les pisciculteurs béninois

Le Bureau de restructuration et de mise à niveau (Brmn) a organisé, ce mardi 6 juin, un atelier de formation sur la maîtrise des techniques de production en vue de l’amélioration de la compétitivité des entreprises piscicoles. Elle vise surtout à outiller les bénéficiaires pour une reconquête du marché nigérian.

Le Nigéria a toujours été un marché potentiel pour les pisciculteurs béninois qui y écoulent principalement le clarias. Mais la demande nigériane se tasse aujourd’hui du fait d’une surproduction qui induit une perte de compétitivité des produits béninois. Les pisciculteurs en difficulté ont décidé de saisir au bond l’invitation du Bureau de restructuration et de mise à niveau (Brmn). L’atelier de formation organisé, ce mardi, à leur intention, a permis de les aguerrir sur la maîtrise des techniques de production en vue de l’amélioration de leur compétitivité. « Cette rencontre vise à montrer aux acteurs piscicoles comment on développe une production de plusieurs variétés et comment elles peuvent devenir compétitives, notamment face à la crise récente qu’il y a eu avec le marché nigérian », souligne Airy Lucius Tonato, directeur général du Brmn. Selon lui, la perte de compétitivité des produits halieutiques béninois découle en partie de la non maitrise des techniques de production qui induisent des coûts parfois prohibitifs pour les pisciculteurs. A côté des avantages comparatifs, Airy Tonato défend la nécessité pour les pisciculteurs d’intégrer les normes et la traçabilité dans leur système de production afin de minimiser les contraintes non tarifaires que leur oppose parfois le marché nigérian.
« La production halieutique est un domaine assez sensible. Pour exporter, il y a des normes et lorsqu’elles ne sont pas respectées, toute la production est vouée à la destruction. On en a connu pour les crevettes et bien d’autres produits. Nous avons décidé d’améliorer les conditions de production. Mais nous avons aussi demandé au consultant d’adapter sa formation sur l’accès au marché pour le clarias. Il fallait rechercher ce qui détermine le manque de compétitivité de ce produit sur le marché nigérian», poursuit le directeur général du Brmn.

Objectif : export !

La formation émane du projet ‘’ Renforcement des capacités commerciales et productives au Bénin’’ financé par l’Organisation des Nations Unies pour le développement industriel (Onudi) à travers le Programme du Cadré intégré renforcé. Selon Rémi Sohou, représentant du programme, ce projet vise trois secteurs à savoir la confection, l’agroalimentaire et le secteur halieutique. « Nous voulons accompagner les acteurs pour leur permettre d’exporter plus facilement vers la sous-région et sur le marché international. Il était important pour les pisciculteurs d’acquérir des connaissances pour mieux se positionner », insiste-t-il. La formation a ainsi permis aux participants d’en savoir davantage sur la situation de la pisciculture dans le monde et au Bénin, les niveaux successifs d’intensification en aquaculture, la chaîne alimentaire et les besoins des poissons ainsi que les outils d’analyses technico-économiques.
D’un coût global de 4,2 millions de dollars Us, soit environ 2,1 milliards F Cfa, ce projet vise à aider les petites et moyennes industries locales à jouer un rôle plus actif dans le système commercial international et à surmonter les obstacles au commerce. Plus spécifiquement, il appuie, entre autres, la promotion, la mise à niveau et l’amélioration de la compétitivité des entreprises et des produits des secteurs prioritaires et émergeants à fort potentiel d’emplois et d’exportation. Ses axes d’intervention se déclinent en le développement de l’offre compétitive des industries béninoises, la conformité des produits des entreprises aux normes nationales et internationales, le développement des services d’appui à l’industrie. Au total, 30 entreprises béninoises bénéficient de ce programme. L’assistance à ces bénéficiaires est axée sur la mise à niveau collective assurée par le Brmn. Les entreprises éligibles sont également soutenues dans l’identification de partenaires d’affaires sur les marchés régionaux et internationaux.

  • Brmn
  • Bureau de restructuration et de mise à niveau
  • Formation
  • entreprises piscicoles