Accueil ACotonou Soutien aux réformes dans le secteur agricole: Les Ong actives dans l’agriculture...

Soutien aux réformes dans le secteur agricole: Les Ong actives dans l’agriculture créent le Renova

207
0
PARTAGER
Soutien aux réformes dans le secteur agricole: Les Ong actives dans l’agriculture créent le Renova

Les Organisations non gouvernementales exerçant dans le secteur agricole ont désormais un creuset de réflexion autour des réformes engagées dans ce secteur par le Gouvernement. L’assemblée générale constitutive de ce regroupement dénommé Réseau national des Ong actives dans l’agriculture durable (Renova) s’est déroulée, vendredi 19 mai dernier à l’Infosec à Cotonou, avec le soutien du ministère de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche et des partenaires techniques et financiers (Ptf).

Les réformes engagées dans le secteur agricole par le Gouvernement méritent que plusieurs acteurs s’y impliquent pour l’atteinte des résultats escomptés. Pour ne pas rester en marge de ces réformes, les acteurs non étatiques regroupés au sein des Organisations non gouvernementales actives dans le secteur de l’agriculture durable créent leur creuset de réflexion autour desdites réformes. Ce creuset dénommé Réseau national des Ong actives dans l’agriculture durable (Renova) a été porté sur les fonts baptismaux, vendredi dernier.
Au cours de l’assemblée générale constitutive de ce creuset, le président du comité d’organisation, Patrice Lagnon Séwadé, a fait le point du processus qui a conduit à la mise en place du réseau. Pour lui, l’assemblée générale constitutive du réseau est l’une des réformes opérées par les acteurs non étatiques du secteur de l’agriculture pour être en phase avec les réformes engagées et mieux accompagner la stratégie de développement du secteur de l’agriculture au Bénin.
En effet, le rôle que jouent les Ong dans le développement local reste indéniable. L’Etat et les partenaires techniques et financiers, selon Patrice Lagnon Séwadé, les considèrent comme leurs bras séculaires. Car, elles représentent la Société civile auprès des populations locales. Et en tant qu’entités relativement indépendantes des structures étatiques des régions/localités où elles mènent leurs activités, les Ong peuvent fournir toutes les ressources et compétences requises. Les difficultés auxquelles elles sont confrontées aujourd’hui, s’expliquent par leurs actions éparses et non coordonnées sur le terrain.
Pour faire face aux menaces qui peuvent leur être fatales et saisir les opportunités qui se présentent à elles d’une part, et améliorer leur efficacité grâce à leur force en relevant leurs faiblesses d’autre part, ces Ong ont tout à gagner en se mettant au sein d’un organe de concertation. C’est l’intérêt de la mise en place du Renova.
Après avoir étudié et adopté les textes fondamentaux du réseau, vendredi dernier, les participants ont mis en place le Conseil d’administration présidé par Patrice Lagnon Séwadé pour un mandat de trois ans. Ils ont aussi ébauché une feuille de route sous forme de plan d’actions opérationnel avant de se pencher sur l’opportunité et les modalités de partenariat avec le ministère de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche et les Ptf pour la mise en place de certains projets?